Catégorie
Opéra

Faust

Je réserve
Tarif
35€ à 65€ / Carte Opéra 28€ à 52€
En résumé

Opéra en cinq actes

de Charles Gounod, livret de Jules Barbier et Michel Carré d'après Goethe

 

Direction musicale : Pavel Baleff

Direction musicale (à Vichy) : Chloé Dufresne

Cheffe de chant :  Elisabeth Brusselle

Mise en scène : Claude Brumachon & Benjamin Lamarche

Scénographe : Fabien Teigné

Costumes : Hervé Poeydemenge

Lumières : Ludovic Pannetier

 

Faust : Julien Dran

Marguerite : Amina Edris

Méphistophélès : Nicolas Cavallier

Valentin : Anas Seguin

Wagner : Thibault De Damas

Siébel : Éléonore Pancrazi

Dame Marthe : Marie-Ange Todorovitch

 

Danseurs et danseuses :
Faust : Steven Chotard
Méphistophélès : Martin Mauriès 
Marguerite : Elisabetta Gareri 
Soldat : Alexis Lemoine 
Bourgeoise/matronne : Mathilde Rader
Etudiant : Alexandre Gastoud
Jeune fille : Lucia Gervasoni

 

 

Orchestre de l’Opéra de Limoges

Chœur de l’Opéra de Limoges

(Dir. Arlinda Roux Majollari)

Description du spectacle

Les chorégraphes qui se sont « essayé » au mythe de Faust, Roland Petit (1945), Maurice Béjart (1964 et 1975), George Balanchine (1975), François Verret (1990), Robyn Orlin (2000),  Jean-Christophe Maillot (2008) ou encore le chorégraphe roumain Edward Clugt (2018) ont proposé du fameux pacte avec le Diable des versions radicalement contrastées.

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche ont choisi de jouer sur la dualité. Chaque personnage a son double, symbolisant sa part d’ombres et de lumières et l’ambiguïté de ses envies et de ses peurs.

 

« Il y a les voix, il y a les corps, transcendés par deux individus séparés, identités distinctes, le corps, la voix. Un danseur, un chanteur […]

Nous avons imaginé un Faust schizophrène, une double personnalité psychotique qui amène les personnages à s’immerger dans une pâte d’où ils émergent transformés. Créer un opéra comme un prisme à facette, dans lequel la vision de chaque protagoniste est fragmentée, métamorphosée, détruite et reconstruite. Solistes, artistes du chœur et danseurs réunis interprètent cette œuvre fougueuse à la recherche d’une éternelle jeunesse. En se renvoyant, tout au long de l’opéra, leurs désirs chantés et dansés, les deux « corps » s’avancent vers un même état traversé. »  

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.